FootballLigue 1

Ander Herrera : le profil parfait pour Paris ?

Dans les tuyaux depuis plusieurs mois, le transfert d’Ander Herrera au Paris Saint-Germain a été officialisé par le club parisien le jeudi 4 juillet. Une arrivée bienvenue pour Thomas Tuchel, freiné dans ses ambitions par les fragilités de son entrejeu la saison précédente. Chronique d’un mariage qui, sur le papier, a tout pour fonctionner.

« J’ai senti que l’on me voulait vraiment »

Ander Herrera s’est engagé pour 5 ans avec le club de la capitale. L’international espagnol arrive libre en provenance de Manchester United, chose loin d’être négligeable pour le PSG, empêtré dans les filets du fair-play financier. Une bonne affaire économique donc, qui attend maintenant de se vérifier sportivement. Le Basque a annoncé la couleur dès sa présentation en mettant en avant trois mots forts : travail, professionnalisme et passion. Un discours qui a immédiatement fait son effet auprès des supporters. « Mon agent m’a appelé pour me dire que j’avais l’opportunité de jouer pour le plus grand club de France. Le Paris Saint-Germain est une équipe qui continue de progresser, et qui joue pour gagner tous les titres possibles. Dès que j’ai reçu ce coup de fil, je savais que je voulais venir. J’avais très envie de rejoindre Paris et de porter ces couleurs. Je sais que mon choix de venir ici est le bon. Il était temps pour moi de relever un nouveau défi. Tout est ensuite allé très vite. Tout le monde au club a été incroyable avec moi, j’ai senti que l’on me voulait vraiment », expliquait l’intéressé sur le site du PSG après l’officialisation de sa signature.

Pas étonnant que le club de la capitale ait fait le forcing pour s’attirer ses services. Recruter un joueur du profil d’Ander Herrera était indispensable pour le PSG tant l’effectif de Thomas Tuchel s’est révélé limité dans l’entrejeu. Et l’entraîneur allemand s’en est maintes et maintes fois ému en conférence de presse. Privé d’Adrien Rabiot, tenu à l’écart pendant toute la deuxième partie de la saison passée, le tacticien allemand a dû bricoler en repositionnant Dani Alves ou Marquinhos au milieu de terrain, avec une réussite relative. D’autant plus que Leandro Paredes, arrivée au mercato hivernal en provenance du Zénith Saint-Pétersbourg, n’a pas véritablement apporté satisfaction. Herrera vient donc renforcer un secteur qui en avait grand besoin. Au regard des insuffisances présentées par l’entrejeu du PSG la saison dernière, l’Espagnol est appelé à devenir un pion essentiel du système de Thomas Tuchel.

Un joueur discret mais précieux

Le Basque débarque en Ligue 1 après être passé par la Liga et la Premier League, deux des championnats les plus compétitifs de la planète football. Si ses statistiques offensives ne sont pas époustouflantes (12 buts et 17 passes décisives en 132 matchs de Premier League), Herrera est un infatigable travailleur. Un homme de l’ombre qui, sans être éblouissant, se révèle indispensable au bon équilibre de son équipe. Les chiffres sont éloquents : Manchester United a remporté 56,3% de ses matchs de Premier League quand Ander Herrera était titulaire la saison dernière. Un pourcentage de victoire qui chute à 45,5 quand l’Espagnol n’est pas dans le onze de départ.

Précieux à la récupération, à l’aise dans le jeu court comme dans le jeu long, Herrera présente l’avantage d’être polyvalent et de pouvoir évoluer  à tous les postes du milieu de terrain. Aucun problème à jouer sentinelle donc, entre autres, si son entraîneur le lui demande… Herrera ne rechigne pas à faire le sale boulot, dans l’ombre de ses coéquipiers. L’international espagnol sait trouver sa place dans un vestiaires de stars et d’egos surdimensionnés. Herrera peut aussi s’inscrire dans une rotation, comme on l’a vu du côté d’Old Trafford. Autre atout du côté de l’Espagnol, il reçoit relativement peu de cartons. Seulement 24 jaunes et 1 rouge en 132 matchs de Premier League – soit une moyenne d’un carton tous les 5,5 matchs. A titre de comparaison, Marco Verratti reçoit un avertissement tous les trois matchs en Ligue 1…

Des remerciements quasi présidentiels lors de son arrivée la semaine dernière

« Je veux être exemplaire, tout donner pour ce club et cette équipe »

L’ancien du Real Saragosse et de l’Athletic Bilbao a soigné ses débuts en s’exprimant en français dans une vidéo publiée par le club de la capitale. Un effort révélateur du joueur qu’est Ander Herrera. Le Basque ne rechigne jamais à la tâche. Joueur de devoir, au sens du collectif irréprochable, le nouveau n°21 du PSG détaillait cette philosophie sur le site du club : « Je suis quelqu’un qui joue pour l’équipe. Le football est avant tout un sport collectif, et je ne veux jamais l’oublier. Je vais travailler dur, essayer de transmettre mon expérience aux jeunes de l’équipe, qui sont déjà très bons. Je veux être exemplaire, tout donner pour ce club et cette équipe, pour que nous puissions atteindre nos objectifs. Je ne peux pas promettre de marquer un certain nombre de buts, ou de gagner un certain nombre de matches… mais ce que je peux garantir, c’est que je vais donner mon maximum sur et en dehors du terrain ».

Les Espagnols ayant porté le maillot du PSG ne sont pas légion. Et les exemples de réussite indiscutable peu nombreux. Si Mikel Arteta et Cristobal ont plutôt séduit, difficile d’en dire autant de Jesé, Enrique de Lucas, Yuri Berchiche et Juan Bernat. Au sein de ce PSG version 2019-2020, Ander Herrera a cependant tout ce qu’il faut pour basculer du bon côté.

Quentin Ballue

0