L'Allemagne défait face aux Pays-Bas
L'Allemagne défait face aux Pays-Bas
FootballInternationnal

Depuis quand ça ne va plus pour l’Allemagne ?

Défait hier soir face aux Pays-Bas (3-0) et dernier de son groupe en Ligue des Nations. On peut commencer à se demander si l’Allemagne fait encore peur ?

Après un mondial plus que raté en Russie, un match nul (mais vraiment nul) face à la France en Ligue des Nations. Hier, dans cette même compétition, l’Allemagne prend une lourde défaite face aux Pays-Bas (3-0). C’est assez saisissant pour lancer un signal d’alarme pour une nation qui a toujours fait peur depuis bien des années.

Et ce samedi soir à exactement 22h40, je suis actuellement en train de me demander. Mais depuis quand l’Allemagne n’est plus cette équipe qui nous a fait toujours peur à nous Français ? Cette nation, où nous nous disions il y a encore quelques années en arrière qu’elle était l’équipe qui serait toujours la plus forte. Cette phrase qui nous aura toujours fait douter :« Le football est un sport qui se joue à onze contre onze, et à la fin, c’est l’Allemagne qui gagne ». Pourquoi maintenant cela ne marche presque plus ?

Si comme beaucoup de monde, on peut penser que le Champion du Monde 2014 n’est plus l’équipe redouter depuis le Mondial 2018 en Russie. J’ai tendance à dire qu’il y avait quelques signes qui pouvaient nous faire penser que l’équipe allemande n’allait plus être le panzer du football.

De moins en moins de joueurs clés …

2014, le sacre mondial pour le peuple germanique, quatre joueurs sont alors nommés dans l’équipe-type de la compétition. Manuel Neuer, Mats Hummels, Toni Kroos et Thomas Müller. Hummels n’étant pas pour moi une cause réelle de la baisse de niveau de l’Allemagne actuellement je le laisserai de côté (t’as de la chance Mats).

Le premier de cette liste, le grand gardien allemand et 3 ème du Ballon d’Or cette même année, a subi une grave blessure loupant quasiment toute la saison 2017-2018, délaissant son titre de meilleur gardien du monde que l’on avait encore du mal à concurrencer il y a quelque temps.

Toni Kroos après le sacre en 2014 décida de partir au Real Madrid. Gagnant de nombreux titres notamment trois Ligue Des Champions. Le métronome du jeu allemand depuis bien des années. Représentant bien les milieux allemands passés bien avant lui. Mais depuis le parcours en Russie, on remarque un jeu moins serein, un manque de confiance, qu’il a du mal d’ailleurs à retrouver que ce soit en club (Real Madrid) ou en sélection.

Enfin Thomas Müller, on l’attendait comme le nouveau Miroslav Klose, meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde (16 buts), ainsi que de la Nationalmannschaft (71 buts). D’ailleurs, tous les signaux étaient au vert pour le bavarois, 5 buts lors de sa première coupe du monde en 2010. Il récidive en 2014 en inscrivant de nouveau le même total. Pourtant depuis 2014, Müller n’a plus marqué dans une phase finale de compétition international avec son pays (Euro 2016 + CDM 2018). Pareil en club, après une année à 37 buts toutes compétitions confondues avec le Bayern, l’attaquant allemand ne dépasse pas les 30 en additionnant les deux saisons qui suivent (14 + 16).

Une confiance perdue depuis 2016 …

Après une première place dans les éliminatoires pour l’Euro 2016, 22 pts et 9 buts pour Müller, un parcours sans défaite jusqu’en demi-finale. C’est à cet instant précis où l’Allemagne a arrêter de me faire peur, sans avoir forcément moins bien jouer que la France, mais comme une impression de nonchalance côté allemand, comme si le fait de faire ce qu’ils savent le mieux faire n’est plus suffisant et qu’il n’y avait aucun plan B pour recourir à ça.

Se suit une nouvelle phase éliminatoire mais cette fois-ci pour la coupe réussi haut la main avec un 10/10, que des victoires. Un Thomas Muller de nouveau présent dans les matchs de poules (5 buts), l’Allemagne retrouve un statut de favori en battant des nations reconnues pour leurs footballs, Saint-Marin, l’Azerbaïdjan, La Norvège et l’outsider du groupe l’Irlande du Nord.

Une période de préparation de six matchs amicaux avec une seule victoire face à l’Arabie Saoudite (2-1). Des nuls face à la France, l’Angleterre et l’Espagne, une défaite contre le Brésil et le plus étonnant, une défaite face à l’Autriche (2-1) seule équipe de la préparation de l’Allemagne qui ne jouera pas le mondial. Certes ce sont des amicaux, mais la puissance allemande n’est déjà plus présente.

Enfin le drame du mondial 2018, pas la peine de revenir plus sur cet épisode qui a déjà été analysé par bien du monde ces derniers mois.

Si l’on recherche la dernière victoire de l’Allemagne en phase finale ou en amical face à une grande nation de football. Il faut revenir à la victoire en coupe des confédérations 2017 face au Chili.

Un entraîneur avec ses habitudes …

En France comme en Allemagne, les sélectionneurs aiment avoir un groupe qu’ils connaissent avec une composition qui ne change pas. Joachim Low aime avoir ses 3 milieux et ses 3 offensifs depuis 2014. Les mêmes le plus souvent sauf si ils prennent leurs retraites entre deux, Schweinsteiger parti, c’est Kimich qui essaye de remplacer au mieux cette légende allemande, malheureusement ce n’est pas le plus performant à ce poste.

Pour ce qui est de la défense, rien n’a vraiment changer mais a plutôt vieilli, Hummels et Boateng toujours au poste. Hector présent sur le côté gauche depuis 2016 et lorsque Kimmich ne joue pas à droite c’est un défenseur central pris au hasard pour jouer latéral. Mais encore une fois la défense n’est pas le problème. Sachant qu’il y a encore Tah (Bayer Leverkusen), Kehrer (PSG) et Süle (Bayern Munich) qui peuvent palier des absences au centre.

Les notes de l' Allemagne contre les Pays-Bas (WhoScored)
Les notes de l’Allemagne contre les Pays-Bas (WhoScored)

Pour l’attaque, Müller est toujours en attaque sur son côté droit. À gauche lorsque Reus n’est pas là c’est Werner. Devant l’Allemagne est toujours en quête d’un n°9 qui pourra régler les problèmes offensifs.

Sur le papier on se dit pourquoi pas, mais lorsque l’on voit les trois remplaçants du soir L.Sané (Manchester City), J.Brandt (Bayer Leverkusen), en faisant passer Werner en n°9 ça aurait surement plus de gueule non ?

 

Serais-ce donc un manque de prise de risque pour l’entraîneur allemand en sachant le nombre de talent offensif que peut avoir la Nationalmannschaft. Si l’on parle de Sané et Brandt, il reste donc Gnabry et Reus présent une fois sur deux en sélection. Alors à quand la fin de l’immunité pour Thomas Müller ?

Pour finir avec cette année catastrophique pour l’Allemagne, il est possible qu’elle batte un triste record, celui d’une nombre de défaite dans une année. Par deux fois seulement les Allemands avaient perdu cinq rencontres dans la même année: en 1956 et en 1985. On verra donc face à la France si le record de six défaites sera établi.

 

 

 

 

0