Football

Didier Deschamps et les Bleus : radiographie d’un centenaire

À jamais le premier, encore une fois, Didier Deschamps est devenu le premier sélectionneur à diriger 100 matchs de l’équipe de France ce dimanche. Un cap symbolique qui n’a toutefois rien d’un aboutissement. La fin du mandat du Bayonnais est encore loin de se profiler, lui qui devrait (au moins) rester à la tête des Bleus jusqu’à la Coupe du monde 2022. En attendant la suite, retour sur les 100 premiers épisodes de cette saga à succès.

Un nul 0-0 contre l’Uruguay au Havre pour marquer l’entrée dans une nouvelle ère. Ce 15 août 2012 voit Didier Deschamps diriger son tout premier match de l’équipe de France. Sept ans et trois mois plus tard, le capitaine des champions du monde 1998 est toujours là. Les Bleus ont remporté 65 rencontres sous son commandement. Deschamps fait mieux que Roger Lemerre et Aimé Jacquet, qui affichent tous les deux 64% de succès avec 34 victoires en 53 matchs. Seul Jacques Santini présente un meilleur ratio (79% de victoires), mais il n’a dirigé que 28 rencontres.

14 de ces 65 victoires ont été obtenues en phase finale d’une compétition majeure : trois lors de la Coupe du monde 2014, cinq lors de l’Euro 2016, six lors de la Coupe du monde 2018. Autre record détenu par le sélectionneur de 51 ans, celui du nombre de matches dirigés en phase finale de compétitions internationales (19), devant Michel Hidalgo (15), Roger Lemerre (14), Raymond Domenech (13) et Aimé Jacquet (12).

Avec 196 buts inscrits, les Bleus marquent 1,96 but par match en moyenne, pour 0,83 but encaissé (83 au total). Ils ont par ailleurs inscrit 3 buts ou plus dans un même match à 33 reprises. À la clé, quelques cartons notables : 8-0 contre la Jamaïque en 2014, 6-0 contre l’Australie en 2013, 5-0 contre le Paraguay en 2017 ou encore 4-0 contre les Pays-Bas en 2017. Sur le plan défensif, l’équipe de France a réussi à garder sa cage inviolée à 45 reprises.

La loi des séries
Sous les ordres du capitaine de 1998, l’équipe de France s’est distinguée avec une série d’invincibilité remarquable de 15 matchs en 2018. Pour ce qui est de la plus grande série victorieuse, elle a été établie en 2016 avec 6 succès de rang.

46 équipes ont croisé la route des Bleus depuis août 2012. L’Allemagne (7 matchs), les Pays-Bas (6 matchs) et l’Albanie (5 matchs) sont les nations contre lesquelles Didier Deschamps a dirigé le plus de rencontres. L’équipe de France a battu 39 de ses adversaires. Victime favorite : les Pays-Bas (5 victoires). L’Italie, l’Allemagne, la Biélorussie, l’Islande et l’Albanie ont quant à elles subi la loi des Tricolores à trois reprises.

Parmi ces 46 équipes, elles ne sont que 7 à ne pas avoir connu la défaite : le Brésil, la Colombie, la Côte d’Ivoire, l’Equateur, les Etats-Unis, le Japon et la Turquie. Enfin, 14 nations ont battu la France sous l’ère Deschamps : l’Angleterre, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne, la Belgique, le Portugal, l’Albanie, le Japon, l’Uruguay, les Pays-Bas, la Turquie, la Colombie, la Suède et l’Ukraine. Trois ont réussi à s’imposer deux fois face aux Bleus – le Brésil, l’Espagne et l’Allemagne. C’est d’ailleurs la Seleção qui a infligé son revers le plus lourd à la France de Deschamps. Oscar, Hernanes et Lucas avaient trouvé le chemin des filets lors d’un succès 3-0 de la sélection auriverde à Porto Alegre en 2013.

Olivier Giroud, le n°1
Le joueur le plus utilisé par Didier Deschamps sous le maillot bleu n’est autre qu’Olivier Giroud (88 sélections). L’attaquant formé à Tours le lui rend bien puisqu’il a inscrit 38 buts sous ses ordres. Autres hommes à qui le Bayonnais a témoigné une grande confiance : Blaise Matuidi (80 matchs), Antoine Griezmann (78), Hugo Lloris (77), Paul Pogba (69), Raphaël Varane (64) et Moussa Sissoko (59). Sans surprise, le meilleur buteur de l’ère Deschamps se nomme Olivier Giroud. Aves ses 38 réalisations, l’ancien Montpelliérain devance Griezmann (30), Mbappé (13), Benzema (12), Pogba (10), Matuidi (9), Payet (8), Valbuena (6) et Ribéry (6).

Dans les colonnes de L’Equipe, Bixente Lizarazu ne tarit pas d’éloges au sujet du travail réalisé par son ancien coéquipier à la tête des Bleus : « Depuis qu’il est sélectionneur, Didier Deschamps a su remettre de l’ordre sur le terrain et en dehors. Avec lui, pas de place pour l’approximation, le rôle de chacun doit être clair. C’est un bâtisseur méthodique, qui s’inscrit sur la durée et ne laisse rien au hasard. Avec lui, l’équipe de France a un cadre, une mentalité, des règles de fonctionnement propices à la performance. Elle est redevenue une institution respectée. Il a remis à l’honneur la valeur du maillot bleu et l’a replacé au centre de tout. Alors je veux bien entendre certaines critiques sur le jeu, comme face à la Moldavie jeudi, mais le travail de fond qu’il a accompli à la tête des Bleus est tout simplement colossal« .

Rendez-vous désormais en mars pour le premier acte de la préparation à l’Euro. Compétition que Didier Deschamps aura particulièrement à cœur de remporter pour laver l’affront de 2016, et pourquoi pas réaliser un nouveau doublé Coupe du monde – Euro, vingt ans après l’avoir fait comme joueur. Après tout, impossible n’est pas DD.

Quentin Ballue

0