Que Deviennent-ils ?

Juninho, l’idole du peuple lyonnais

Une carrière à part

A 44 ans, Antônio Augusto Ribeiro Reis Júnior, alias Juninho, peut se vanter d’avoir eu une carrière de footballeur qui a gravé les mémoires des passionnés. Né le 30 janvier 1975 à Recife au Brésil, il compte à son actif 7 titres de champion de France, 3 trophées des champions, une coupe de France, une coupe de la ligue ainsi qu’une coupe de confédérations. Il passe 6 ans à Vasco de Gama de 1995 à 2001 dans son pays natal, puis s’envole pour l’Europe et l’Olympique lyonnais de Jean-Michel Aulas. Les recruteurs lyonnais voyaient en lui un potentiel surpassant la moyenne et fondaient d’amples espoirs dans le futur du milieu offensif brésilien. De 2001 à 2009, Juninho brille sous la tunique blanche de l’OL, et marque à jamais les esprits des supporters lyonnais. En témoigne notamment sa sortie mythique face à Caen en 2009, à domicile, lors de laquelle tout Gerland se lève et acclame la vedette du club, symbole d’une décennie magique.

Juninho, capitaine de l'OL

Car oui, si Juninho a autant gravé les mémoires des supporters de Ligue 1 mais aussi des autres championnats, c’est en grande partie lié à la décennie fabuleuse que l’OL a vécu. 7 fois champions de France d’affilée, les gones ont raflé la mise aux autres meilleures équipes du championnat sur la scène nationale. Quant à la scène européenne, Juninho et ses partenaires ont eu des parcours brillants en Champions League, marqués par l’élimination du Réal Madrid notamment et par l’accession au stade des quarts de finale en 2004, 2005 et 2006.

Meneur de jeu habile et doué techniquement, Juninho est surtout admiré pour ses coups-francs uniques au monde. Sa qualité de frappe exceptionnelle lui permet en effet d’inscrire un total de 44 coups-francs durant sa carrière. Certains sont restés ancrés dans la mémoire collective footballistique, comme son bijou face à l’AC Ajaccio ou le terrible coup de pied finissant dans la lucarne de Victor Valdès en huitième de finale de Champions League. Juninho et les coups-francs, une histoire d’amour et de toucher de balle dont Rémi Vercoutre, second gardien lyonnais à l’époque se souvient très bien : « Juni tirait des dizaines de coups-francs à la suite à l’entrainement, et ce qu’il y a d’incroyable, c’est que sur 50 coups-francs, il en cadrait 80%. Et évidemment, 9 coups-francs cadrés sur 10 finissaient au fond. ».

Juninho tirant un coup-franc contre le PSG

Mais « Juni » n’est pas un simple tireur de coups-francs ; il est aussi un capitaine, leader sur le terrain et en dehors, et meneur de jeu admirablement doué la balle au pied. Réservé, il s’exprime peu et son départ de l’OL laisse une impression de précipitation aux supporters. Juninho déclara d’ailleurs « regretter de ne pas avoir terminé sa carrière à Lyon ». Mais avec une telle carrière, la star de l’Olympique lyonnais reste dans tous les cœurs de supporters.

Une période de transition

Mais qu’est devenu ce Juninho, joueur historique de l’Olympique lyonnais, depuis son départ de Gerland ? Après un passage de courte durée au Qatar de 2009 à 2011, il retourne de l’autre côté de l’océan Atlantique aux NY Red Bulls pour une saison, puis raccroche les crampons à la suite d’une ultime aventure au sein du club qui l’a révélé, Vasco de Gama. Il devient par la suite consultant pour la chaîne de télévision brésilienne O Globo, mais quelques polémiques de 2014 à 2018 lui valent des « menaces de morts », et une « forte censure » selon ses propres mots, ce qui aboutit à une rupture précoce du contrat le liant à la chaîne en 2018.

L’ancien milieu offensif livre aussi un combat politique à l’encontre du racisme et de l’homophobie, tous deux omniprésents dans le football brésilien. Il se distingue d’ailleurs récemment par sa virulente opposition au candidat vainqueur de la présidentielle brésilienne, Jair Bolsonaro, en soutenant publiquement son opposant du Parti Démocrate Lula, emprisonné pour fraude.

Juninho, consultant pour la chaîne O Globo

Juninho rappelle également régulièrement son amour pour Lyon et pour la France, à l’instar de son interview pour El Pais durant laquelle il déclare : « Ce qui m’a surtout frappé pour la politique, c’est le côté humain des Français. Le Français est solidaire pour de vrai. Il y a les extrémistes, la partie qui méprise les musulmans, la partie raciste, mais la majorité du peuple français a une humanité très développée ».

Point noir dans le tableau, les critiques qu’il reçoit régulièrement ont progressivement fait de lui un personnage quelque peu controversé au Brésil. Il s’est d’ailleurs doucement retiré de toute activité en lien avec le football dans son pays natal. Mais Juninho restera-t-il dans l’ombre encore longtemps ? Tout porte à croire le contraire…

Vers un retour à l’OL ?

Si « Juni » a toujours laissé planer le doute quant à la date de son retour dans la capitale des Gaules, il n’a en revanche jamais été plus clair que lorsqu’il affirme vouloir y retourner un jour, souhaitant réparer son erreur de fin de carrière et son retour jamais achevé. Alors, chaque année, les rumeurs d’un retour de l’ancien numéro 8 du club reviennent et se font toujours plus insistantes. Récemment, après l’annonce du départ officiel de Bruno Génésio du poste de manager principal de l’OL, la rumeur d’une arrivée conjointe d’Arsène Wenger et Juninho a pris de l’ampleur. Le 1er souhaite en effet retrouver un poste depuis son départ d’Arsenal et privilégierait celui de directeur sportif tandis que le 2nd lorgne sur le club lui ayant offert ses plus belles années de footballeur.

Alors Juninho se voit-il entraîneur dans un avenir proche ? D’après ses déclarations relayées par El Pais, le milieu offensif n’a pas passé ses diplômes pour attendre indéfiniment, et son retour sur les pelouses se rapproche à grands pas… Un retour marqué par l’émotion immense de tout un stade su cela venait à être dans la nouvelle enceinte de l’Olympique Lyonnais, où il pourrait disputer de nouveau la ligue des champions avec son club de cœur (si l’OL se qualifie évidemment) et ce devant non moins de 59000 spectateurs. De quoi faire saliver la star brésilienne ? L’avenir proche nous le dira…

0