Koundé sous le maillot girondin
Koundé sous le maillot girondin
Football

Koundé – Le nouveau Lenglet ?

Cela fait maintenant quelques jours que le jeune défenseur formé aux Girondins de Bordeaux est officiellement un joueur du FC Séville. Les dirigeants bordelais ont en effet cédé à la belle proposition du club andalou (environ 25 millions d’euros). Ce transfert est une étape significative pour le club au scapulaire mais surtout pour le jeune Koundé qui a connu une ascension fulgurante en seulement un an. Ce chemin brillant rappelle évidemment celui emprunté par Clément Lenglet, défenseur central qui a fait ses armes à Nancy avant de rejoindre lui aussi le FC Séville, puis le FC Barcelone en 2018. Les similitudes entre les deux joueurs sont donc nombreuses, même si leur profil footballistique reste assez différent. Jules Koundé connaitra-t-il la même réussite que Clément Lenglet pour ses débuts en Liga ? Zoom sur un défenseur plein de promesses.

Koundé, un exemple de sérénité rare à cet âge

Champion de France U19 avec les Girondins de Bordeaux en 2017, Jules Koundé a su s’imposer comme un pilier de la défense bordelaise en Ligue 1. D’abord lancé par Jocelyn Gourvennec contre l’US Granville en Coupe de France (7 janvier 2018), le jeune défenseur a enchainé les bonnes performances et s’est installé comme un titulaire indiscutable de la charnière girondine. Adoubé par tous les (nombreux) entraineurs de Bordeaux depuis 2018, ainsi que par les supporters, Jules Koundé a très vite attisé les convoitises en Ligue 1 mais aussi au-delà des frontières de l’Hexagone. Déterminé à devenir l’un des meilleurs à son poste, il n’a jamais démérité aux côtés de joueurs pourtant plus expérimentés, à l’image de Pablo Castro ou Vukasin Jovanovic. On sait que le poste de défenseur central demande énormément de sérénité et de régularité, qualités dont semble doté Jules Koundé et qui ont fait de lui un joueur rare et convoité.

Cette ascension rapide, Jules Koundé la doit aussi aux différents entraineurs qui lui ont donné la chance de se montrer. En effet, il est le joueur de champ ayant cumulé le plus d’apparitions en Ligue 1 (51), pour autant de titularisations sous les couleurs girondines. Par ailleurs, on ne peut s’empêcher de penser que la terrible méforme des marine et blanc en fin de saison a peut-être été un mal pour un bien, puisqu’elle lui a permis de tirer son épingle du jeu et de rester régulier malgré les contre-performances de son club.

Un profil atypique et très recherché

Jules Koundé a commencé avec la réserve des Girondins de Bordeaux au poste de latéral droit, qui n’était pas sa véritable position. Un jour Eric Blahic, à l’époque adjoint de Gourvennec, l’a secoué lors d’une séance d’entrainement en le rappelant fermement à l’ordre « « Soit tu acceptes de jouer à droite, soit tu te bas contre les idées reçues et tu essayes de t’imposer dans l’axe. Mais es-tu prêt à mener ce combat ? Là il me répond oui sans hésiter ». C’est ainsi que la détermination et la résilience du joueur se sont révélées pour la première fois, et ont prouvé aux dirigeants bordelais qu’il était un défenseur spécial. Yannick Stopyra, le recruteur qui a permis son arrivée au Girondins de Bordeaux en 2013, est admiratif de son évolution. « Tout le monde au club était perplexe parce que la tendance dans l’axe, c’est 1.85m minimum. Heureusement qu’il a persévéré ». 

 » Tout le monde était perplexe, dans l’axe c’est 1,85m minimum  »

Yannick Stopyra , recruteur au FCGB

Du haut de son mètre 78, il faut dire que Jules Koundé ne correspondait pas réellement à ce qui se fait actuellement au poste de défenseur central. Pourtant, son poste de prédilection a toujours été le même, dans l’axe de la défense, et le jeune homme a su compenser son manque de taille par une énergie et un enthousiasme à toute épreuve. Impressionnant dans les duels, il est surtout celui qui a souvent initié la construction du jeu bordelais, par sa capacité à relancer proprement vers l’avant. Énormément de responsabilités lui ont été données par Gustavo Poyet puis Paulo Sousa lors de cette saison 2019, et Koundé n’a (presque) jamais déçu, assumant avec classe et maturité le peu d’erreurs qu’il a pu commettre.

Koundé-Lenglet, on prend les mêmes et on recommence ?

Les supporters du FC Séville doivent surement voir à travers Jules Koundé un digne successeur de celui qui a réussi et qui est maintenant un pilier du FC Barcelone, Clément Lenglet. Malgré des différences de profil et de style de jeu, les deux trajectoires présentent des similitudes évidentes. Si le club andalou a choisi Jules Koundé, c’est aussi pour réitérer ce qui a été possible avec Clément Lenglet (soit un bénéfice de 30M d’euros à la revente). Autre point important, nul n’ignore que Monchi raffole de jeunes joueurs à fort potentiel, et qui peuvent représenter une plus-value extrêmement intéressante à moyen ou long-terme. Avant l’arrivée officielle  de Koundé au FC Séville, le coach Andalou se disait d’ailleurs « amoureux » du profil du jeune bordelais. (Marca) L’idée de revendre Koundé bien plus cher dans quelques années a bien évidemment germé dans l’esprit des dirigeants sévillans… Stabilité en défense à court-terme pour assurer un bon classement en Liga, puis éventuel transfert vers une grosse écurie européenne dans les prochaines années ? Jules Koundé représente tout sauf un pari pour le FC Séville qui sait parfaitement comment le faire progresser depuis l’expérience Clément Lenglet.

0