Football

Lazio-Napoli : A quoi s’attendre ?

Lucas Leilva contre Zielinski lors du dernier match entre Naples et la Lazio en janvier 2019.

Cinq c’est le nombre de victoires qu’a remporté le SSC Napoli sur la Lazio de Rome sur les cinq dernières confrontations entre les deux équipes. Mais le rapport de force est tout autre aujourd’hui. Le Napoli vit une saison extrêmement décevante, avec une 8 ème place et 24 petits points au compteur. A l’inverse, la Lazio se révèle très performante cette année en occupant la dernière marche du podium de Série A. Cerise sur le gâteau, les laziali ont remporté la Super Coupe d’Italie contre la Juve, il y a 3 semaines. Alors, les hommes de Simone Inzaghi seront-ils capable de stopper leur série noire face à Naples?

Les enjeux et la dynamique

Le classement de la Série A après 18 journées.

Du côté de la Lazio, l’objectif est simple : consolider la place de 3 ème acquise au fil des semaines. Avec une double occasion, recoller à trois points du duo de tête (Inter-Juve) et distancer le rival historique, la Roma, de sept points. 

Concernant la dynamique laziale, celle-ci est extraordinaire avec 10 victoires de suite en Série A. De plus le club de Rome demeure invaincu à domicile, cette saison, avec 7 victoires et 2 nuls. Cet environnement très positif, récompense le travail de long terme mené par Simone Inzaghi. Initialement nommé pompier de service, après le licenciement de Stefano Pioli en avril 2016, le Mister c’est imposé comme l’homme de la situation, en étant tout de même bien aidé par la démission express de Marcelo Bielsa en juillet 2016. Avec un projet de jeu construit autour d’un 352 depuis trois ans, Inzaghi développe un jeu de transition reposant sur un bloc mixte et une utilisation maximale de la largeur.  En outre tous les cadres romains sont en pleine forme : Immobile enfile les buts comme des perles, Milinkovic et L.Alberto font de nouveau saliver toute l’Europe, et les expérimentés L.Leiva, Acerbi et Radu demeurent tout aussi solides. Tous les feux sont au vert pour la Lazio et la Ligue des Champions devrait être au rendez-vous au mois de mai. 

Simone Inzaghi, ramènera-t-il enfin la Lazio en LDC ?

A l’inverse le Napoli est à un tournant de sa saison, car déjà décroché de la course à la LDC avec 11 points de retard sur la Roma, quatrième. Pour se rendre compte du désastre napolitain, il suffit donc de regarder le classement afin de voir que le Napoli est plus proche du 18 ème Brescia (10 points d’avance), que de la 4 ème place. L’enjeu est donc simple, enfin battre un « gros » en championnat pour se relancer dans la course à l’Europe. 

Le désespoir de Dries Mertens, symbole de l’échec napolitain cette saison.

La dynamique du Napoli est donc très négative, comme le montrent les résultats des six derniers matchs : 3 défaites, 2 nuls et 1 victoire. Cette crise étant principalement liée au conflit entre le président De Laurentiis et les cadres du club. La première victime de cette guerre étant Mister Carlo Ancelotti, limogé le 10 décembre dernier du fait du jeu et des résultats médiocres. Mais aussi en raison de ses rapports dégradés avec le vestiaire.  Remplacé par Gennaro Gattuso, qui installe un 433 à rebours du 442 d’Ancelotti. Les premiers matchs de l’ancien milieu du Milan laissent entrevoir un jeu de possession, avec un bloc haut et la volonté d’installer une véritable pointe en attaque et une sentinelle dans l’entre-jeu. 
Mais pour l’instant, les résultats ne suivent pas et ce plan de jeu s’est révélé désastreux contre l’Inter (défaite 3-1)
Au-delà des problèmes tactiques et de management, la crise que traverse le Napoli sanctionne surtout les problèmes structurels du club. Géré comme dans les années 80, le Napoli est victime de problèmes économiques (l’incapacité à passer la barre des 200 millions d’euros de chiffre d’affaire) et d’infrastructures (un San Paolo très vétuste et un centre d’entraînement inadapté au football moderne). Mais, c’est aussi peut-être, la fin d’une période dorée débutée en 2012 (6 podiums sur les 7 dernières saisons) avec Walter Mazzani et qui aura connu son apogée sous Maurizio Sarri.

Aurelio De Laurentiis, le sulfureux président napolitain.

L’excitant Lazio-Napoli

Concernant les compositions d’équipes, la Lazio débutera la rencontre avec son habituel 352. Presque tout le monde est disponible côté romain, seuls Parolo et Lukaku sont absents pour blessure. 

L’habituel 352 de la Lazio.

Pour le Napoli, la donne est très différente puisque quatre joueurs sont forfaits pour blessures : Koulibaly, Ghoulam, Maskimovic et Malcuit. Mertens et quant à lui incertain. 
L’équipe sera donc sûrement organisée autour du 433, reconduit systématiquement par Gattuso depuis sa prise de poste. 

La composition du Napoli, contre l’Inter.

A mon sens, le duel du match opposera Ciro Immobile à Kostas Manolas. Le premier est en pleine bourre, quant le second est en plein doute. Mais cette opposition aura des saveurs du derby romain, de quoi donner du piment à la rencontre.

Lors des derniers derby romains, les duels étaient musclés entre Kostas Manolas et Ciro Immobile.

Pour le pronostic, une courte victoire laziale semble le plus probable. Malgré une série noire face au Napoli (la Lazio reste sur cinq défaites consécutives contre les napolitains) et un effectif inférieur en qualité, en tout cas sur le papier. Car la dynamique est largement en faveur de la Lazio et cette dernière bénéficie d’un entraîneur plus compétent qui a pu peaufiner son projet de jeu depuis quatre années. Soit tout l’inverse du pompier Gattuso.

Gennaro Gattuso, sera-t-il redresser Naples ?


0