Autres ChampionnatsFootballLégendes

Le 11 de légende le plus équilibré ?

Avec la remise du trophée The Best 2019, l’heure des comptes a sonné. Exercice controversé, assez peu représentatif tactiquement de ce qu’un technicien pourrait produire avec les joueurs retenus, le 11 de légende n’en reste pas moins intéressant pour débattre sur la carrière de véritables stars de notre sport. Ici, nous allons essayer de déterminer quels étaient les plus grands à leurs postes, dans une optique de créer une équipe équilibrée et solide, et sportivement compatible. Alors, sans plus tarder, voici les légendes retenues pour faire partie de ce 11 magique…

Le Dispositif

Nous allons opter pour un 3-4-1-2 plat, pouvant également se muer en 5-3-2 ou 5-2-3 selon l’animation de jeu voulu par le technicien. Dispositif offrant la possibilité de couvrir toute la largeur offensive tout en profitant de la présence d’un joueur de soutien derrière les deux attaquants, le 3-4-1-2 présente tous les avantages d’une formation à 3 défenseurs sans souffrir des risques défensifs dans la profondeur, ou bien du manque de création offensive lorsque l’on repasse à 5 derrière. Toutefois, on notera la faiblesse défensive que peut provoquer le tandem axial du milieu s’il manque d’intensité et d’impact à la récupération, surtout lorsque les défenseurs centraux gauche et droit couvrent les couloirs.

3-4-1-2 plat

Le Gardien de but

Qui de plus grand que Gianluigi Buffon à ce poste ? Portier à la longévité légendaire, gardien précoce et talentueux et leader charismatique d’une Juve conquérante, il incarne parfaitement le joueur qui apporte de l’équilibre au 11. Capitaine exemplaire, international italien depuis son plus jeune âge et vainqueur de la Coupe du monde en 2006, année qui aurait dû le voir sacré lors de la remise du ballon d’or également. Avec plus de 900 matches professionnels à son actif, le goalkeeper de 41 ans écrase la concurrence à un poste où le niveau a drastiquement augmenté ces dernières années. S’il n’est pas forcément le meilleur sur sa ligne, notamment sur un match où Oblak peut certainement le surpasser, son influence sur le jeu de son équipe est trop grande pour se passer de lui. Première légende de ce 11, Buffon endosse le numéro 1 et prend ses responsabilités en tant que dernier rempart de notre 3-4-1-2.

Gigi Buffon
Toujours en activité, à 41 ans…

Le Défenseur central gauche

Dans une défense à 3, l’équilibre entre les centraux est primordial. Dans cette optique, un leader de charnière, au mental à toute épreuve et dont les qualités défensives ne sont plus à prouver est nécessaire. L’international espagnol et capitaine emblématique du FC Barcelone Carles Puyol semble être le capitaine parfait pour notre 11. Avec presque 600 matches professionnels sous la tunique blaugrana, le catalan est un pur produit de la Masia, dans toute sa splendeur. A l’aise balle au pied, excellent dans le placement et l’anticipation, souvent buteur sur coup de pied arrêté, et véritable patron de l’arrière-garde, le protégé de Van Gaal nous offre de la sérénité défensive. Et ce que nous offre notre numéro 5 n’est pas donné à toutes les charnières encore aujourd’hui…

Carles Puyol
La Liga, la C1, la Coupe du monde, que n’a t-il pas remporté ?

Le libero

Poste d’une importance capitale dans l’animation de jeu que l’on souhaite mettre en place dans le 3-4-1-2, le libero doit à la fois être en mesure de coordonner la charnière centrale, sortir sur le porteur à l’entrée de la surface en exécutant un déplacement de sentinelle, mais également imposer sa présence dans l’intervalle entre les 2 centraux et le tandem du milieu de terrain. Pour être complémentaire avec notre entrejeu, et compatible avec nos centraux, il nous faut donc impérativement un meneur de jeu reculé capable de ressortir proprement le cuir jusqu’à la ligne médiane. Tout aussi fin dans ses touches de balles que dans sa conception tactique du jeu, Franz Beckenbauer est le libero parfait. Capitaine mythique de l’Allemagne de l’Ouest, puis sélectionneur renommé de cette même RFA ainsi que de l’Allemagne réunifiée, Beckenbauer est un champion dans l’âme. Vainqueur de la coupe du monde en tant que joueur et sélectionneur, mais également de la coupe de clubs champions à 3 reprises en tant que libero sous les couleurs munichoises, et champion d’Allemagne, de France et d’Amérique, l’international allemand est l’un des plus grands hommes de l’histoire du football. A 74 ans, son impact sur son sport est encore majeur tant il a marqué au fer rouge les esprits des passionnés. Alors comment refuser un tel joueur ?

Franz Beckenbauer
Peut-on citer un plus grand libero ?

Le Défenseur central droit

3e personne de notre ligne défensive, le central droit doit être un homme humble, respecté et joueur de club. Son palmarès doit imposer sa présence, tout comme ses qualités humaines, pour former une défense équilibrée et compatible. Enfin, il doit bien évidemment savoir évoluer dans une défense à 3 pour pouvoir mériter sa place dans ce 11. Alors quelle légende correspond à ces critères ? Rapide, doué dans l’anticipation et dans le positionnement, partenaire indéfectible de Nesta aux dons pour la relance et surtout redoutable dribbleur, Paolo Maldini est certainement le plus grand défenseur central de l’histoire. Pilier du Milan AC de 1984 à 2009, sa légendaire longévité coïncide avec son palmarès plus que reluisant. Avec 5 Ligues des Champions en poche, 7 Scudetti, 6 titres nationaux, et une finale de Coupe du Monde, Maldini fait la renommée d’un Milan qui peine à retrouver les sommets européens depuis son départ. Actuellement directeur sportif de son club de cœur à 51 ans, l’international italien force le respect de par sa fidélité au maillot rossonero. Alors comment ne pas saliver à l’idée d’aligner Puyol, Beckenbauer et Maldini ensemble…

Paolo Maldini
Le 3e capitaine de notre charnière, et homme de club avant tout

Le Piston Gauche

A-t-on réellement besoin de préciser l’importance des pistons dans un 3-4-1-2 ? Poste crucial dans la mesure où le joueur doit être en mesure de couvrir la profondeur défensive aussi bien que d’apporter de la profondeur offensive sur son couloir, le piston symbolise à lui seul l’équilibre voulu par le technicien. Dans le modèle actuel de l’Atalanta par exemple, Hateboer, Gosens et Castagne sont chargés de constituer une ligne avec les milieux axiaux pour permettre aux centraux de couper les lignes de passes dans l’entrejeu. Ici, notre côté gauche sera le plus défensif des deux couloirs car Puyol est le défenseur se projetant le moins. Dans cette optique, Roberto Carlos est le piston gauche parfait pour notre 11. Arrière gauche légendaire de la Seleção, galactique madrilène, légende de l’Inter et véritable icône nationale, Carlos est la référence à son poste. Incarnation directe des latéraux modernes très offensifs, et précurseur ayant permis les ascensions de Marcelo, Luis, Telles ou encore Alex Sandro, le latéral brésilien compte presque 1000 matches en professionnel à son actif. Tireur de coup franc hors pair, l’international brésilien a remporté non moins de 3 Ligues des Champions, 10 titres nationaux et une Coupe du Monde restée gravée dans les mémoires de tout un peuple. Idole de l’immense majorité des joueurs de couloir, l’ancien madrilène apportera toute sa qualité offensive sur notre couloir gauche, tout en étant une valeur sûre défensivement car habitué des défenses à 4.

Roberto Carlos
Son coup-franc mythique face à Barthez restera à jamais dans l’inconscient collectif du football

Le Milieu relayeur gauche

Dans un système de jeu aussi audacieux, la paire axiale doit avoir la main mise sur l’entrejeu à tout moment du match. La complémentarité des deux relayeurs doit être parfaite, tandis que leur impact sur le jeu de l’équipe doit être en mesure d’influencer le cours du match. En partant de ces considérations, le relayeur gauche doit être une véritable plaque tournante, le maître à jouer de l’équipe dont la surface de positionnement s’étend sur toute la largeur et la profondeur de la zone délimitée pour un homme du cœur du jeu. Alors comment décemment se passer du champion du monde espagnol et icône du Barça Xavi ? Second pur produit de la Masia de notre 11, Xavi se distingue par sa qualité technique hors du commun, sa vision avisée du jeu et son implication démesurée dans les phases sans comme avec ballon de son équipe. Cœur et poumon du Barça de Guardiola à la fois, l’international espagnol remporte 4 Ligues des Champions sous le maillot blaugrana au point de devenir une légende du club, et du football mondial. Référence absolue en tant que 8 dans un entrejeu axé sur la possession et joueur indispensable dans le tiki-taka, Xavi saura parfaitement évoluer aux côtés de notre milieu relayeur droit…

Xavi
Encore un capitaine qui aurait mérité le Ballon d’or

Le Milieu relayeur droit

Alors qui pour épauler Xavi dans notre entrejeu ? Une sentinelle n’apporterait rien dans notre 3-4-1-2 car le libero (en l’occurrence Beckenbauer) assume parfaitement ce rôle de destructeur en phase de contre-attaque adverse. En revanche, un créateur, capable d’endosser le rôle de regista, à la vision du jeu plus aiguisée que quiconque et à la qualité de passe aussi tranchante qu’une lame inoxydable, serait d’une grande utilité aux côtés de l’espagnol. Si le maestro Iniesta remplit parfaitement ces conditions, notre 11 de légende ne peut pas se limiter aux protégés de Cruyff et de la Masia et l’éternel 8 du Barça paye le trop grand nombre de catalans déjà présents dans l’équipe. Mais ce n’est qu’un mal pour un bien, car notre choix se tourne vers celui qui a permis à la Juve de retrouver des couleurs sur la scène européenne, à la Nazionale de se faire un nom en Europe et dans le monde et au Milan d’être l’ogre des années 2000 que l’on a connu. Bien évidemment, Andrea Pirlo, regista des regista, mérite amplement sa place dans ce 11 de légende. Tacticien de prestige, immense prodige des relayeurs et joueur à la vision du jeu inégalable, le numéro 21 s’impose logiquement comme celui qui forme la paire parfaite avec Xavi. Sous les ordres du Mister Ancelotti, le magicien Pirlo fut le principal artisan de la nouvelle gloire milanaise, tandis que sa relance du côté de la Vielle Dame fut un succès tout aussi retentissant. Apportant la touche défensive suffisante pour pallier à l’absence d’une réelle sentinelle, tout en ayant cette faculté à porter constamment le jeu vers l’avant, le regista introverti aux 2 Ligues des Champions et une Coupe du Monde sera la clef de notre milieu de terrain. De quoi rêver d’une association avec Xavi…

Andrea Pirlo
Entre classe et grinta : le regista est-il le joueur parfait ?

Le Piston Droit

Première grande controverse de notre 11, le piston droit fera débat. Et ce n’est pas la présence de ce joueur dans ce 11 de légende qui sera remise en cause, mais bien son positionnement. Si l’on veut conserver cet esprit d’équilibre dans le système de jeu, notre côté droit doit pencher vers l’avant car le couloir gauche est plus axé sur l’aspect défensif. Pour permettre à notre 3-4-1-2 de basculer facilement en 4-3-1-2 voire en 3-3-2-2, notre piston droit doit être rapide, physique, centreur et bon finisseur car amené à repiquer dans l’axe pour combiner avec le 10. Dans cette optique, un piston classique ne correspondrait pas aux critères que nous avons fixé. Seul un ailier de formation peut apporter suffisamment d’impact sur son couloir pour libérer de l’espace aux créateurs axiaux. Alors, qui de plus grand que Cristiano Ronaldo à ce poste d’ailier ? S’il est habituellement aligné couloir gauche, le portugais n’en est pas moins aussi performant à droite (si l’on se rappelle ses débuts à Manchester United). Légende absolue du football mondial encore en activité avec plus de 600 buts en 800 matches, l’international portugais serait incroyablement précieux offensivement et apporterait un danger considérable dans la profondeur couloir droit. Quant à l’aspect défensif, son utilisation dans le système de Sarri démontre une capacité à défendre sur son couloir que l’on ne lui connaissait pas au Réal. Soutenu par un Maldini rassurant, CR7 ne devrait avoir aucun mal à sécuriser le flanc droit tout en se projetant sans cesse vers l’avant et amenant ainsi l’équilibre diagonal du dispositif à centraliser la construction sur le numéro 10. Car justement, ce positionnement atypique du portugais libère la place à un trio axial légendaire devant…

Cristiano Ronaldo
A-t-on déjà vu pareil privatisation d’un numéro ? #cr7

Le Milieu offensif

Quand on parle de légende, notre numéro 10 en sera une. Dans le 3-4-1-2, tout le jeu tourne autour du trio composé par les deux relayeurs et le 10. Avec la paire Xavi-Pirlo, notre entrejeu est déjà capable de renverser des montagnes. Mais ce qui vient ensuite n’est pas humain. Avec plus de 600 réalisations en moins de 700 matches en club, 10 Ligas, 4 Ligues des champions et 13 titres nationaux, Leo Messi est l’homme providentiel du Barça depuis maintenant de nombreuses saisons. Attaquant incontournable du XXIe siècle, polyvalent, techniquement infiniment précoce et incroyablement véloce, la Pulga n’a pas remporté 5 ballons d’or sans raison. Souvent comparé à Maradona car ayant un centre de gravité assez bas lui permettant d’éliminer facilement son vis-à-vis, l’argentin est avant tout un monstre dans les petits espaces. Capable d’évoluer ailier droit, second attaquant mais aussi milieu offensif, le numéro 10 du FC Barcelone complète le trio axial de l’entrejeu de par sa vision du jeu hors du commun et sa faculté à percer les lignes défensives pour offrir des caviars à ses partenaires de l’attaque. Légende des légendes, Leo Messi s’impose certainement comme le plus grand joueur de l’histoire de notre sport. A partir de là, rien à ajouter. Sa place dans notre 11 est une évidence pour tout amateur assidu de football. Alors comment ne pas saliver à l’idée d’une association avec ce qui va suivre ?

Leo Messi
Bien plus que l’idole du peuple catalan, l’icône de tout un sport

L’Attaquant axial gauche

Joueur le plus âgé de notre 11, légende absolue de notre sport, roi incontesté des attaquants, notre numéro 9 fait frémir les défenseurs adverses tant il inspire à la fois la crainte et le respect. Ayant « dépassé les limites de la logique » selon Johan Cruyff, champion du monde à trois reprises, athlète du siècle selon le Comité international olympique, ballon d’or d’honneur en 2013 et auteur de 680 buts en 720 matches professionnels disputés, Pelé sera le meneur de notre duo axial de légende. International brésilien devenu le symbole de la Seleção, le buteur ambidextre a construit sa légende sur des qualités physiques et techniques hors normes, mais également sur un charisme et un engagement extra-sportif lui étant propre. Doté d’une détente verticale fulgurante, rapide, véloce, impressionnant de technique ballon au pied, Pelé est surtout devenu une référence incontournable à son poste, influençant de manière démesurée les générations suivantes d’attaquants. Seul joueur à avoir remporté trois Coupes du Monde, sa mémoire reste encore aujourd’hui intacte au point que les jeunes pousses offensives de notre football soient sans cesse comparées au roi lors de leur explosion. Ambassadeur à l’UNESCO à maintenant 78 ans, le buteur brésilien est un modèle de précocité, de professionnalisme, d’exemplarité et d’ambition pour tous les amoureux de football. Et sa complémentarité avec notre dernier attaquant devrait être plutôt alléchante…

Le roi Pelé
La Seleção dispose-t-elle d’une plus grande légende ?

L’Attaquant axial droit

Si l’on garde à l’esprit l’idée d’équilibre dans notre 11, notre second attaquant doit être un meneur de jeu capable de dézoner pour épauler Messi un cran en dessous du redoutable finisseur qu’est Pelé. Soutenu par les pistons Carlos et Ronaldo, le trio offensif se doit d’être mobile, minutieux dans les petits espaces et en capacité de déséquilibrer la ligne défensive adverse. Dans cette optique, la légende napolitaine aux presque 600 matches professionnels et international argentin Diego Maradona s’impose naturellement comme notre 11e et dernière légende présente dans notre 3-4-1-2. El Pibe de Oro, ou « gamin en or », s’est élevé au rang d’icône en remportant l’édition 1986 de la Coupe du Monde avec l’Albiceleste, en s’adjugeant 2 Scudetti sous les couleurs du SSC Napoli dont les tifosi lui vouent encore un véritable culte, et devant l’idole de toute une génération d’attaquants. Capable de rassembler plus de 30000 supporters à La Plata lors de son arrivée en tant qu’entraineur, avec cette éternelle faculté à mettre tout le monde d’accord sur son talent infiniment supérieur à la moyenne, l’international argentin sera le parfait acolyte pour Pelé dans un duo axial aussi complémentaire que redoutable. Ainsi, Maradona vient parachever et clôturer notre 11 de légende à l’équilibre intangible. Mais, face à de tels stars, de telles légendes, de telles icônes de notre sport, qui sera en mesure de les mener à la victoire ? Qui aura la faculté de tirer le meilleur profit de ce 11 magique ? Quel entraineur pour notre 11 de légende ?

Diego Maradona
La fierté du peuple napolitain, l’icône de l’Albiceleste

Notre technicien étoilé

Tacticien auréolé, théoricien reconnu de tous et vainqueur de la Coupe d’Europe des Clubs champions, Johan Cruyff est le candidat idéal pour ce poste. Capable de manager un effectif de star, porté par ses convictions et sa volonté ardente de concevoir et mettre en place son football total, l’ancien technicien du FC Barcelone et fondateur de la Masia est un homme à part de notre sport. Nul doute qu’il saura mettre à profit un tel 11 de légende, tout en conservant l’équilibre que nous avons essayé de créer dans le 3-4-1-2. Cruyff le joueur, puis Cruyff l’entraineur, ce sont des valeurs, une philosophie, et une vision du football que tous connaissent, que tous respectent et que tous admirent. Attaquant de formation, sa vision du jeu résolument offensive devrait donner fière allure à notre entrejeu de légende…

Johan Cruyff
Le plus grand défenseur des artistes, piliers de son football total

Le 11 de légende

11 de légende
Notre 11 de légende et son animation de jeu

En somme, un 11 équilibré, avec une défense à 3 qui apporte de la qualité et de la largeur dans les relances, tout comme de la sérénité à la récupération. Un entrejeu mobile, créateur et particulièrement doué pour porter le cuir vers l’avant. Des pistons écartés, dont la recherche de profondeur et d’espaces dans le dos de la défense adverse est constante. Et enfin, un trio offensif complet, redoutable dans les petits espaces pour éliminer et finir avec pragmatisme et lucidité. De quoi rêver, de quoi saliver à l’idée d’assister à un match de ce 11, mais surtout de quoi nous rappeler à quel point ces hommes ont marqué l’histoire de notre sport. 11 légendes, 11 stars, 11 icônes qui ont à jamais gravé leur nom dans le récit que nous conterons aux nouvelles générations…

Jules Grange-Gastinel

0