Football

Les clés du classico : L’OM a-t-il vraiment une chance ce soir contre Paris ?

Ce dimanche se déroule le match que les annonceurs se disputent le plus dans le championnat de France : PSG-OM. Des années d’histoire, de rivalités et de coup-bas, pour un événement qui a même pris le nom de classico. Pourtant, depuis des années, on ne peut plus parler de rivalité : Marseille sombre presque à chaque fois devant Paris, à tel point que l’événement n’en est plus vraiment un. Néanmoins, la rencontre reste un must-see du championnat. Alors on va essayer de vous en donner les clés.

Le lieu : Un Parc des Princes à haute altitude

Première donnée, ce premier classico version 2019/2020 se déroulera au Parc. Battre Paris depuis quelques années – la deuxième partie de saison l’année dernière ne comptant pas – est déjà très compliqué, mais se déplacer chez eux relève presque de la mission impossible. Je dis presque puisque, cette année, le Stade de Reims a réussi l’exploit de remporter un match au Parc, avec une rigueur défensive à toute épreuve et un réalisme froid.

Néanmoins, cette défaite est davantage l’exception qui confirme la règle : en cinq matchs à domicile cette saison, le PSG a marqué 12 buts, pour en encaisser seulement deux. Vous l’aurez compris, si l’on enlève Reims, c’est quatre matchs, quatre victoires, 12 buts marqués et zéro encaissé. De quoi faire peur aux Marseillais.

Ces derniers pourront toutefois se raccrocher à leur très bon bilan à l’extérieur. Avec deux victoires, deux nuls et une seule défaite, ils occupent la sixième place de la Ligue 1 hors de leurs bases. Avec un petit bémol : avec sept buts marqués pour sept encaissés, ils ne respirent pas tout le temps la sérénité. Et restent même sur une défaite à Amiens.

Verdict : Avantage PSG, et largement. Les Parisiens sont rarement pris à défaut chez eux, encaissent peu et marquent beaucoup. En outre, l’importance symbolique de ce match font qu’ils ne vudront pas se rater. Marseille n’est pas mauvais en déplacement, mais peut se montrer friable défensivement si cela combine vite devant. La marche du Parc semble encore une fois trop haute pour l’OM…

Les formes du moment : Un Paris étincelant et un Marseille à la relance

Sur les cinq derniers matchs, Paris a pris 12 points, avec le seul accroc rémois dans la balance. Quant aux Marseillais, après un début de saison positif, ils sont retombés dans leurs travers, même si la victoire face à Strasbourg le week-end dernier les replace dans le haut du panier d’une Ligue 1 incroyablement homogène.

Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

En outre, Paris est souvent intraitable lorsqu’ils jouent juste après leurs matchs de poule en Ligue des champions. Cette saison, après avoir battu le Réal de Madrid 3-0, ils sont allés battre Lyon chez eux. Et après une difficile victoire à Galatasaray, ils ont aisément concassé Angers 4-0. Après leur démonstration de force en deuxième mi-temps face à Bruges (score final 5-0), difficile de penser qu’ils feront une contre-performance ce soir. L’année dernière, c’était tout simplement 5 victoires et un nul après les six matchs de poule, dont certaines d’éclat (5-0 contre Lyon, 4-0 à Monaco et même 2/0 à l’OM, déjà).

Boubacar Kamara, déjà taulier de la défense olympienne.

Quant à l’OM, elle reste amputée de son meilleur joueur (Thauvin) et présente encore des lacunes défensives, particulièrement sur les côtés. Il a souvent fallu un excellent Mandanda pour tenir la boutique et le retour de Kamara fait beaucoup de bien. Et si Strasbourg n’a pas su les exploiter, nul doute que le PSG se fera un plaisir de punir leurs adversaires de leurs largesses en la matière.

Verdict : Là encore, le PSG est sur une forme quasi royale et semble avoir trouvé la bonne formule. Marseille s’est relancé contre un faible Strasbourg mais n’a pas semblé serein. Si l’on rajoute à cela l’impressionnant bilan des Parisiens à la suite de rencontres de Ligue des champions, les Marseillais vont devoir resserrer les rangs.

La bataille du milieu : Pour Marseille, bloc bas ou possession ?

Face à Paris, et d’autant plus au Parc, les équipes de Ligue 1 ont tendance à jouer en bloc bas, attendant les Parisiens dans leur partie de terrain avant de partir en contre. Rennes l’a réussi à plusieurs reprises, Reims également cette saison. Alors est-ce la bonne tactique pour Marseille ?

Ta tête quand tu regardes l’attaque du PSG

Si la composition marseillaise donnée par le journal l’Equipe est bonne, le milieu à trois choisi par André Villas-Boas n’incite pas à la confiance dans ce secteur. Rongier-Strootman-Sanson, c’est très fort techniquement, beaucoup moins à la récupération. Les Marseillais ont rarement fait preuve d’une rigueur défensive à toute épreuve et l’idée d’un bloc bas fait état d’une pauvre ambition, au vu des forces de l’équipe.

Dès lors, est-ce que l’OM ne devrait pas plutôt essayer de mettre le pied sur le ballon ? Avec leur milieu, Marseille a des chances de se créer des occasions et de prendre à revers le PSG et de lancer leurs attaquants. Benedetto devra se défaire d’un Thiago Silva impérial en ce début de saison, tandis que Payet et Germain devront énormément travailler et être précis dans leurs apports offensifs. II y aura néanmoins des coups à jouer en attaque, puisque Dagba et Bernat sur les ailes parisiennes ne sont pas toujours des assurances tous risques. Seul souci : si jamais ils perdent la balle, pas sûr que le replacement défensif soit à la hauteur. Et avec Verratti à la baguette et Mbappé à la réception, le contre peut aller très (très) vite. Comme souvent, la bataille sera celle du milieu… et avec Marquinhos/Verratti/Sarabia, en termes d’impact physique, il y a quelque chose à faire.

Bonne chance ce soir

Verdict : Tactiquement parlant, Marseille a donc deux choix qui s’offrent à elle : l’ambition par le jeu ou alors souffrir en attendant un coup favorable. Si la première est risquée parce le PSG adore profiter des espaces grâce à la combinaison technique/vitesse de leurs joueurs, elle est également celle où le club olympien aura réellement sa chance. Si elle choisit le bloc bas, ses chances de succès sont moindres. C’est la question de préférer perdre 3/1 en jouant ou 2/0 en ne proposant rien.

Une attaque parisienne de rêve

Faire les forces en présence du PSG, c’est comme s’enfiler une Forêt noire à toi tout seul. C’est impressionnant, c’est toujours très bon mais tu finis par avoir une abondance de biens et un mal de bide carabiné. Même privés de Neymar – qui aura officiellement manqué plus de matchs qu’il en aura joués avec le PSG – les Parisiens sont pourvus de talent à tous les postes.

C’est surtout vers l’offensive que nos regards se tournent : la triplette Di Maria-Mbappé-Icardi a marché sur Bruges et les trois joueurs évoluent à un niveau qui oscille entre l’élevé et le stratosphérique. Bien évidemment, Kylian Mbappé sera l’homme à suivre. Après ses déclarations ambitieuses et affirmées après sa deuxième mi-temps belge, le Français devrait débuter la rencontre. Il semble parfait pour profiter des boulevards sur les ailes marseillaises et promet de faire souffrir ses vis-à-vis. Et plus généralement, il plante but sur but depuis un petit moment déjà.

De leurs côtés, Di Maria a toujours répondu présent dans les gros matchs (sauf dans les épisodes de naufrage parisiens) et aime particulièrement tourmenter Marseille, tandis qu’Icardi a déjà allumé quelques mèches communicationnelles sur la rivalité entre les deux clubs. Et nul doute que si un ballon traîne dans la surface, il sera là pour transpercer Mandanda.

Verdict : Si la défense est solide et le milieu technique, c’est surtout l’attaque parisienne qui attire tous les regards. Parée à toutes les solutions et éventualités, elle réussit à faire fructifier chaque erreur. Difficile de croire que Paris restera muet ce soir.

Voici donc quelques tentatives de compréhension de ce match plus symbolique qu’à vrais enjeux ce soir. Marseille a quelques opportunités de faire un coup, mais les probabilités restent très faibles. La bataille du milieu sera comme souvent importante et les côtés offrent un boulevard de possibilités aux deux équipes. Même si Paris semble bien trop au-dessus, cette année encore. Reste à voir la tactique que cherchera à développer Marseille, pour tenter ce qui leur est devenu presque irréel depuis huit ans maintenant : gagner contre le PSG.

0