Pini Zahavi
Pini Zahavi
Football

Pini Zahavi, le « super-agent » très secret

L’Israélien Pini Zahavi, après avoir fait de la venue de Neymar au PSG le transfert du siècle, se retrouve de nouveau au cœur des tractations pour l’avenir du Brésilien. A la fois agent, conseiller, et entremetteur, l’homme est sur tous les fronts et intrigue au fil de ses coups et des gros sous qu’il touche.  

Moins populaire que Jorge Mendes, moins excentrique que Mino Raiola, Pini Zahavi n’en demeure pas moins (si ce n’est plus) influent dans le petit monde du ballon rond. Le football pour ces hommes de l’ombre rime d’abord avec argent, et pour en faire un métier très lucratif, mieux vaut passer maître dans l’art de la négociation et dans la magouille en tout genre.  Quand il s’agit de placer ses pions et d’en récolter les fruits, « Pinhas » est unique dans sa manière de manœuvrer. Au jeu des transferts et des versements à gogo, « Mister Fix-it » (M. arrangeur) perd rarement et gagne souvent très gros.

Neymar au PSG, chef d’œuvre zahaviesque

À aujourd’hui 76 ans, Pini Zahavi dispose du talent et de l’influence lui permettant d’arranger n’importe quel transfert et d’en toucher quelques liquidités, sans être véritable agent de joueur ni représentant de club. Son chef d’œuvre : le transfert du siècle de Neymar à Paris à l’été 2017.  222 millions d’euros, dont 10 à 12 millions pour l’ancien journaliste sportif. Proche du clan Neymar, avec qui il négociait déjà quand le prodige jouait encore à Santos au Brésil, et intime d’Antero Henrique, directeur sportif parisien à l’époque du transfert, Zahavi est alors le parfait entremetteur. Si le numéro dix Brésilien s’est retrouvé après cette entreprise un peu folle à faire les beaux et moins beaux jours de la Ligue 1 et du PSG depuis maintenant deux ans, c’est en très grande partie grâce à l’entremise du septuagénaire.

Résultat de recherche d'images pour "neymar arrivée au psg"

Ancien journaliste sportif en Israël, il baigne dans le milieu du foot depuis son premier métier. La reconversion en agent de joueur est progressive, et il réalise ses premiers transferts de footballeurs Israéliens vers la Premier League à partir des années 80. Très discret et craintif des médias, il est approché par le journaliste Romain Molina à qui il se livre et qui révèle dans « La Mano Negra – Ces forces obscures qui contrôlent le football mondial » (2018, éd. Hugo&Cie) certaines facettes plus sombres de l’homme d’affaire : « Le football, c’est l’amour de ma vie ». Un amour pour qui il est capable de tout, à la limite entre la fraude et la loi.

« Le football, c’est l’amour de ma vie »

Ses premiers grands faits d’armes remontent au début des années 2000 quand il met véritablement la mainmise sur le marché anglais et ses premières transactions à gros chiffres. Celui record de Rio Ferdinand de Leeds à Manchester United en 2002, c’était lui. Ceux de Veron, Cech ou Drogba, lui aussi. Certains de ces contrats ne comportent pas sa signature, ce qui lui vaudra quelques enquêtes,  mais les juteuses commissions lui reviennent pourtant bien.

Manœuvres douteuses et gros pactole à la clé

En 2004, les Blues de Chelsea sont repris par le milliardaire Russe Roman Abramovitch, faisant du club de Londres un des plus puissants d’Angleterre et d’Europe. Celui qui a trouvé un repreneur au club ? Encore « Pinhas ». Si son terrain de jeu de prédilection reste le royaume, il n’en demeure pas moins actif dans d’autres pays, au Portugal et en Amérique du Sud notamment. Il fait racheter cette même année le club des Corinthians par un média basé aux îles Vierges britanniques à la fiscalité attrayante, et récolte des commissions sur les transferts de Tevez et Mascherano en Angleterre.  Un procédé contesté connu sous le nom de TPO (tierce propriété) lui permet entre autre d’acquérir les droits économiques d’un joueur sous le nom de sociétés basées dans des paradis fiscaux, et de ce fait d’en devenir « propriétaire ».

Résultat de recherche d'images pour "pini zahavi"

C’est avec ce montage qu’il participe en 2009 aux transferts des Portugais Lisandro Lopez et Lucho Gonzalez en France, ainsi qu’à celui de Gonzalo Higuain de River Plate au Real Madrid. Si cette méthode est depuis interdite, Zahavi n’en ressort pas moins actif, et c’est encore aujourd’hui qu’il facilite des transferts et des commissions records, en particulier au PSG avec Neymar donc, mais aussi avec Serge Aurier et Lucas vers Tottenham.

Pas vraiment agent de joueur donc, membre d’aucun club, d’aucune direction, et nom qui apparaît rarement sur les contrats, Pini Zahavi a construit une manière unique de devenir riche grâce au football et de négocier des transferts entres les partis. Plus un conseiller et entremetteur, son carnet d’adresse, son expérience et ses moyens lui permettent d’être un des hommes les plus influents de la planète football. A l’heure où Neymar, qui lui fait totalement confiance, hésite sur son avenir, il peut compter pour « Mister Fix-it » pour l’envoyer au meilleur des prix, cet été ou plus tard, dans les plus grands clubs du monde.

Résultat de recherche d'images pour "pini zahavi"

Benjamin Claude

0