Football

Real Madrid-PSG : Pour la Ville lumière, il est enfin temps de briller

On y est enfin : l’heure du test pour le Paris Saint-Germain. Opposés aujourd’hui à un Real de Madrid qui a repris des couleurs depuis le 3-0 au Parc, les hommes de Thomas Tuchel ont devant eux une nouvelle montagne à gravir. On pourrait dire que le match n’a pas d’importance et que Paris est, même en cas de défaite, quasiment assuré de finir premier de son groupe. Pourtant, jouer un Real en pleine bourre revêt son lot d’enjeux. Le principal : s’imposer comme un grand d’Europe, hors du Parc. Et montrer une bonne fois pour toute que cette année sera différente pour les Parisiens.

Petit rappel du match aller

Cela ne fera pas plaisir aux supporters madrilènes, mais il est bon de rappeler le match aller pour avoir le contexte. Encore malade d’une année dernière compliquée sur tous les plans, le géant Real avait des pieds d’argiles lors de son déplacement au Parc. Remontés comme pas deux – et bien aidé par un milieu madrilène complètement hors de propos – les Parisiens se sont régalés des espaces et ont infligé une déculottée aux Espagnols.

Deux buts d’un Di Maria toujours présent quand il s’agit de punir un ancien club et un de Meunier, sur un une-deux avec Bernat, enfonçant le dernier clou du cercueil, le Real est reparti la tête très basse le 18 septembre 2019.

La forme du moment

Mais depuis, les choses ont changé. Lors des douze derniers matchs, toutes compétitions confondues, les Madrilènes sont à neuf victoires, deux nuls et un accroc à Majorque. Ils sont premiers ex-aequo de la Liga avec le Barça, ont retrouvé de l’allant offensif – 28 buts inscrits – et ont resserré les boulons en défense – six buts encaissés et huit clean sheets ! Ce n’est plus du tout l’équipe exsangue d’un mois de septembre compliqué. ce Real-là est à nouveau une grande équipe.

De son côté, le PSG continue de mener grand train, que ce soit en Ligue des champions ou en championnat. 12 matchs, 10 victoires et deux défaites. 26 buts marqués, six encaissés. Un trident Mbappé/Icardi/Di Maria de toute beauté et une défense qui ne semble pas connaître de vents contraires rendent le PSG toujours aussi dangereux, quelle que soit l’occasion.

On remarque donc que les bilans sont très similaires. A la différence près que le PSG doit encore prouver qu’il peut devenir un grand d’Europe en gagnant chez un géant, tandis que le Real a besoin d’une victoire d’envergure pour acter son retour aux affaires. Mais on développera un petit peu plus loin l’importance symbolique de ce match…

La composition du PSG : le casse-tête offensif

La grande question qui agite tous les spécialistes ès football se résume à une histoire de chiffres. 3 ou 4 ? On parle ici du nombre de joueurs offensifs qui seront alignés par Thomas Tuchel face au Real. Les dernières informations positionneraient Neymar sur le banc pour commencer, étonnant alors qu’on le pensait revenu de son habituelle blessure hebdomadaire. Quoiqu’il en soit les possibilités de l’entraîneur allemand sont fastes.

Il peut ainsi décider de faire jouer Mbappé, Icardi, Neymar et Di Maria, tous disponibles depuis la première fois. La puissance de feu de cette attaque ne sera jamais remise ne question, mais est-ce la meilleure approche tactique ? Le 4-2-3-1 permettrait à Neymar d’être en 10, dans la position de lanceur d’attaque qu’il affectionne tant. Et inutile de préciser que les qualités d’appel de Mbappé et Di Maria plus celles de finition d’Icardi seraient sublimées. Le problème, c’est que ça peut fonctionner contre des blocs bas, qui prendraient le PSG en contre.

Qui des deux sera sur le banc ? Pour le moment, c’est Neymar qui est pressenti pour débuter.

Néanmoins, à domicile, le Real sera obligé de produire du jeu, et donc de mettre la pression. Le 4-2-3-1 parisien serait alors ouvert au quatre vents et complètement déséquilibré, avec des latéraux exposés. Au match aller, c’est au milieu que Paris avait gagné. Se priver d’un élément dans ce secteur pour renforcer son attaque, surtout connaissant la rigueur défensive de Neymar ou Mbappé, est un gros risque. Pour moi, impossible de se passer de Di Maria ou Icardi, les deux étant en pleine bourre. C’est donc Neymar qui sera mis sur le banc. Etrangement, dans les compositions du jour du journal l’Equipe, c’etait le Français Mbappé qui débutait sur le banc.

Le milieu de terrain qu’il fallait au PSG

A mon sens, le milieu à trois Marquinhos/Gueye/Verratti est la meilleure option possible pour Paris en Ligue des champions. C’est technique, physique et la qualité de passe de Verratti fait toujours merveille. C’est également très compact et résolument cohérent. Passer à seulement deux milieux, c’est prendre le risque de boire la tasse très vite, les Madrilènes n’allant pas se priver de mettre une pression de dingue dès l’entame.

La composition du Réal : ne plus se faire manger au milieu

De leur côté, lors du match aller, les Merengues s’étaient fait perforer plus d’une fois au milieu, les jambes de Kroos paraissant aussi lourdes que du ciment, tandis que placer James en milieu relayeur avait tout de la mission suicide, sa rigueur défensive étant complètement absente. Casemiro s’était dès lors lui-aussi noyé, submergé par le surnombre parisien dans ce compartiment du jeu. C’était bien trop simple de casser une ligne, et Verratti s’était régalé.

Un jeune premier qui fait du bien

Le milieu madrilène semble néanmoins avoir retrouvé de l’allant depuis. Modric a par exemple été étincelant ce week-end face à la Real Sociedad, avec un but et une passe décisive. Le jeune Valverde semble avoir la confiance de Zidane, et depuis qu’il joue, le jeune Uruguayen n’a jamais connu la défaite. En outre, ZZ peut également compter sur un groupe quasiment au complet. Et bien entouré, Casemiro évolue toujours à un très haut niveau.

L’attaque madrilène se fera très probablement sans Gareth Bale, mais Rodrygo a prouvé qu’il pouvait être un dynamiteur de talent. Avec un Hazard qui revient peu à peu à un niveau acceptable et un Benzema qui marque sur l’eau, la défense parisienne devra être très attentive, et notamment sur les côtés, son point faible depuis le début de la saison.

Enfin, défensivement, on fait dans le classique le plus total. Sauf grande surprise de la part de Zidane, on devrait retrouver Carvajal, Varane, Ramos et Marcelo. Avec un Courtois retrouvé dans les buts. Il n’y a pas à chipoter : c’est du très bon Real que va affronter le PSG.

Pourquoi ce match est important

Comme énoncé dans l’introduction, il peut paraître étrange de se poser autant de question sur un match qui n’a finalement peu d’enjeux. Le PSG va finir très probablement premier du groupe, ils peuvent s’en sortir aisément même s’ils perdent.

Mais ce match possède une part symbolique très forte. Le PSG manque de victoires références à l’extérieur en Ligue des champions face aux grosses équipes. Le Real reste un géant d’Europe et montrer qu’ils sont capables de les battre dans leur antre enverrait un signal des plus puissants.

Impossible de se passer de Di Maria

Pas grand-monde ne respecte Paris en Europe, et c’est principalement dû à cette incapacité de frapper un grand coup à l’extérieur. Même si le PSG est cataloguée comme une équipe de « poules », il lui manque cet exploit fondateur, cette victoire qui ferait rentrer dans la tête de ses adversaires « ils peuvent le faire ». Symboliquement, ce match est lourd de sens. Quoi de mieux que de reléguer les souvenirs de remontadas en s’imposant au Bernabeu ?

Et il ne faut pas croire que Madrid n’est pas en reste. Les Merengues ont de l’orgueil, et ils se doivent de se racheter après la bouillie tactique du match aller. Vide de sens sportif, au-delà de l’aspect médiatique d’une telle opposition, ce duel aura donc la saveur d’un match entre l’ambitieux européen et le monstre sacré.

Le moment prono

Enfin, parlons peu, parlons prono. C’est toujours intéressant de se mouiller. Pour l’indice UEFA de la France, j’espère que le PSG va l’emporter ce soir. A mon sens néanmoins, ce n’est pas avec ses quatre attaquants stars qu’il réussira à l’emporter. Et cela pourrait même finir par lui jouer des tours, le PSG ne brillant jamais lorsqu’il est désordonné tactiquement, encore moins à l’extérieur.

Malgré la solidité défensive des deux équipes, il y aura des espaces et sans aucun doute des buts. Je table donc sur un 2-2 avec du spectacle et des retournements de situation. Parce que je suis un amoureux du foot.

J’espère que l’on va se régaler ce soir. L’odeur des grandes affiches nous montent au nez. La musique de la Ligue des champions commence à résonner dans nos têtes. On veut voir un vrai match de foot, avec plusieurs des meilleurs joueurs de la planète. Et mine de rien, ce match est très important symboliquement. Le PSG réussira-t-il à s’imposer hors du Parc ? Le Real est-il définitivement de retour sur la scène européenne ? Un seul moyen de le savoir, et c’est à partir de 21h. Allez Messieurs, faîtes-nous rêver !

0