Une belle célébration pour une belle victoire pour les Mauves.
Jupiler League

[Zoom sur le championnat Belge] Journée 8 : Bruges et Genk tranquilles

Vive la Jupiler ! Journée 8 : le Club Bruges et le KRC Genk tranquilles

C’était le grand week-end en Belgique avec le Clasico belge entre Anderlecht et le Standard Liège. Si le match a réservé un suspens intéressant, les suiveurs de la Jupiler Pro League avaient surtout un regard sur le Club Bruges et le Racing Genk qui mènent un rythme infernal en tête de classement.

Le choc du week-end : un Clasico au goût amer

Le Clasico belge a toujours une saveur particulière, méconnue dans toute l’Europe et surtout en France où le Clasico résonne plutôt aux couleurs parisiennes et marseillaises à défaut de ne faire qu’un autour du vrai Clasico, espagnol, entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Que nenni, Anderlecht et le Standard Liège avaient rendez-vous dimanche à 18h pour en découdre alors que leur classement ne promettait l’éclat que le nom du match laissait pourtant paraître. Le quatrième, Anderlecht, qui reçoit le sixième, le Standard, une belle affiche mais pas de quoi s’enflammer non plus. Les deux rivaux ont mis du temps avant de s’enflammer justement. D’un côté, la capitale Bruxelles et de l’autre l’ouvrière Liège. Il apparaît de plus en plus évident qu’un tel affrontement ne peut se passer d’une explication socio-culturelle pour comprendre la rivalité qui entoure les deux clubs et qui a donné lieu à des climax : dernier en date, l’affaire Steven Dufour qui a passé cinq ans au Standard entre 2006 et 2011 et qui est revenu en Belgique à…Anderlecht en 2014. Son retour à Liège fut mouvementé en janvier 2015, les supporters du Standard présentant une banderole avec une image de lui décapité. Sous tension, le milieu ne finit même pas le match et se fait expulser après avoir dégagé un ballon dans les tribunes.

Rien de tout ça hier. Le Clasico fut plutôt sage malgré une fin de match assez folle pour les supporters des deux côtés et, bien évidemment, à l’avantage des Mauves. C’est pourtant le Standard qui avait ouvert le score, juste avant la pause, par l’intermédiaire de Moussa Djenepo, profitant d’une fin de première période à son avantage face à des anderlechtois qui reculaient. Mais le Standard choisit en seconde période de gérer son avance. Il n’y parvient pas et Santini marque son huitième but de la saison pour égaliser, le caennais étant plus que jamais en tête du classement des buteurs. Et c’est finalement à la 94ème minute que la décision s’est faite. Sur un corner de Trebel, Sanneh envoie le ballon au fond des filets et Anderlecht sur le podium suite à la défaite d’Anvers à Saint-Trond (0-2).

Le top du week-end : la passe de trois pour Wesley et Trossard:

Deux triplés en un week-end, rare mais chose faite par deux joueurs évoluant dans deux clubs en pleine forme. Wesley a largement contribué au succès du Club Bruges sur la pelouse de La Gantoise (4-0), méconnaissable. Tous inscrits en seconde période, les trois buts de l’attaquant brésilien ont permis au champion en titre de continuer sa promenade de santé qui est en train de terrasser toute la Belgique : huit matches, sept victoires, un nul et une invincibilité qui traîne encore. Autant dire que Bruges devrait déjà s’avancer avec une certaine avance lors des play-offs. Seul le Racing Genk parvient à suivre la cadence, deux points derrière et toujours invaincu également. Porté par son diamant Leandro Trossard, Genk peut viser haut. Son ailier a inscrit un triplé lors de la large victoire du second sur la pelouse du Cercle Bruges (5-2). Avec désormais six buts au compteur, Trossard est seul deuxième meilleur buteur du championnat belge où deux seules équipes tuent pour l’instant toute concurrence.

Le flop du week-end : Charleroi n’a pas maîtrisé ses nerfs:

Sur la pelouse de Waasland-Beveren, Charleroi a ramené un bon point. Mais le troisième de la phase classique de l’année dernière et sixième des play-offs 1 ne voulait sans doute pas se contenter de ce partage des points. Charleroi, décevant dixième au classement actuellement, ne pouvait avoir mieux. Les nerfs ont lâché pour un club au début de saison plutôt difficile. La seconde période fut cauchemardesque. Marco Ilaimaharitra a quitté ses partenaires peu après le retour des vestiaires pour s’être essuyé les crampons sur la cheville de son adversaire. Pour un mauvais geste, en fin de match, Jérémy Perbet l’a rejoint aux vestiaires. Pour ces deux expulsions, Ilaimaharitra et Perbet risquent une lourde suspension et devraient manquer au moins trois matches avec Charleroi au plus mauvais des moments pour une équipe en mal de résultats.

0